Cher internaute,

Nous espérons que vous trouverez dans notre site des éléments d' information, des pistes de réflexion et des axes de recherche dans le champ de la pédopsychiatrie.

  • Nous n’avons pas vocation à répondre à des demandes individuelles de conseils, d'aide et de soutien psychologique.
  • Nous ne sommes pas habilités à vous aider dans vos recherches de stages ou d’emploi dans quelque domaine que ce soit.

En revanche, nous étudierons avec plaisir les propositions de publications en ligne de vos propres recherches ou d'annonces de journées de travail dans notre domaine d’intérêt.

Une seule adresse pour nous contacter : webmaster@psynem.org.

Cordialement
L’équipe de Psynem

Les séparations Journée scientifique organisée par le Pr C. Chabert et la revue Carnet Psy

Les séparations, entre attraction et perte, séduction et renoncement, scandent le rythme de

la présence et de l’absence, tout au long de la vie, dans ses passages, ses aléas et ses

désordres, dans ses rencontres et ses miracles. L’expérience de séparation s’ancre aux

commencements et s’arrime à leurs destins : pas de début sans, à l’horizon, l’ombre de la

finitude. Entraînées par la masse d’affects tristes, nostalgiques voire mélancoliques, figées

par l’angoisse de l’éloignement et de la mort, les séparations risquent d’être essentiellement

saisies dans le halo du désespoir ou du traumatisme. On en oublierait presque la

détermination constructive, indispensable à tous les processus de différenciation : qu’ils se

déclinent entre dedans et dehors, réalité psychique et réalité matérielle, moi et autre,

masculin et féminin, ils trouvent dans l’expérience de séparation et dans les représentations

qu’elle se donne, un support fondamental riche de toutes les potentialités de changement.

La sexualité - dont l’étymologie appelle à la fois « secare, couper-diviser » et « sequi,

accompagner » - ordonne la dynamique de la vie, en soutenant les mouvances pulsionnelles

dans leurs entrelacements libidinaux et agressifs. L’amour et la haine, la nécessaire

ambivalence qu’ils déploient, s’organisent chaque fois autour de scènes d’union et de

séparation parce qu’elles condensent, rassemblent ou animent le désir et l’interdit, la

satisfaction et l’abandon. La clinique analytique, comme la métapsychologie, dessinent des

configurations plurielles et singulières qui en dévoilent les écueils et les conquêtes.

Au coeur du développement psychosexuel, aux différentes périodes de la vie, mais aussi

insistantes dans leurs traductions pathologiques, la séparation occupe une place centrale

dans les traitements psychiques : c’est bien l’alternance de la présence et de l’absence des

deux partenaires de la cure, son action et sa répétition qui en permettent la reviviscence

dans le cours du transfert.