ASM13 : Colloque du département de psychiatrie Adulte : Histoires, identités, transmissions

Ce colloque sera l’une des quatre rencontres des soixante ans de l’ASM13. Le premier colloque du Pôle Psychanalytique sera l’occasion à l’automne d’une célébration festive et d’une journée portes-ouvertes.

Ce colloque sera l’une des quatre rencontres des soixante ans de l’ASM13. Le premier colloque du Pôle Psychanalytique sera l’occasion à l’automne d’une célébration festive et d’une journée portes-ouvertes.

Se situer, transmettre et répéter le récit, même simplifié, détourné ou magnifié, de l’histoire de ce qui devient un véritable « groupe d’appartenance secondaire » (Rouchy), semble une nécessité inhérente à l’engagement dans le soin. L’histoire du treizième prend ses origines dans la naissance de la psychiatrie de secteur. Elle s’est développée en suivant les voies de la psychiatrie communautaire, elle-même fondée dans la volonté de réformer la politique de soins, s’alliant à la psychanalyse et à la psychothérapie institutionnelle. La psychiatrie a bien sûr des rapports complexes avec l’histoire. Pour Jacques Hochmann, elle est à la fois 
« très dépendante du contexte social dans lequel elle évolue »
et partage avec l’histoire « une épistémologie commune ».

Au moment où le DSM et la volonté « a-théorique » semble à son apogée puisque devenu universel, notre psychiatrie
« malaisément autonome » (Lanteri-Laura) doit toujours clarifier ses fondements théoriques. Les risques de nourrir les espoirs chez ceux qui en sont les usagers, de la voir rejoindre un jour la pureté des sciences fondamentales ou l’absolu d’une idéologie politique, semblent ainsi présents depuis ses origines.

Cette recherche permanente d’une stabilité identitaire de notre discipline trouverait pour Piera Aulagnier sa cause, dans son objet même : « Si la clinique nous donne à entendre des histoires pleines de silence et de fureur, et d’autant plus signifiantes que le sens nous en échappe, l’histoire théorique traite des causes responsables de cet apparent non-sens, des blancs parsemant certains chapitres, des répétitions, de la confusion des temps et des genres, dont souffrent, à des degrés divers, ces autobiographies. » dans « L’apprenti-historien et le maître-sorcier. » (1984)

Pour cette journée, nous proposons de suivre cette ligne qui part de la clinique, jusqu’ à « l’histoire théorique » en étudiant à travers des exposés et des récits de cas, certains des ressorts de la transmission.

http://www.asm13.org/colloque- du-departement-de-psychiatrie-adulte-2018