Covid-19 Lettre 27 mai

« Un jour en périnatalité » : le point sur le dé-confinement du 27_5_2020

Comment se passe la réouverture des structures de soins qui avaient fermé ou travaillé autrement, quelles sont les mesures de déconfinement pour les structures de santé psychique périnatale ?

L'avis de la WAIMH concernant les masques : l'utilisation des visières est privilégiée pour conserver le lien à travers l’expression des traits du visage, avec comme précaution sanitaire un filtrage strict à l'entrée des unités comme recommandé, blouse pour pouvoir toucher et s'approcher de l'enfant, la blouse peut être adaptée pour être moins impressionnante pour les enfants. 

Les visières peuvent-elles remplacer le port d’une protection respiratoire ? selon l’INRS

Les visières ou écrans faciaux ne sont pas des équipements de protection respiratoire mais des équipements de protection des yeux et du visage. Ils répondent à la norme EN 166 "Protection individuelle de l'œil - Spécifications" ou à la fiche R8.01 de la coordination française des organismes notifiés, reprenant et adaptant les exigences pertinentes de cette norme applicables à ces écrans.

Dans ce dernier cas, la référence de la norme EN 166 ne doit pas apparaître sur la monture de la visière, ni sur l’emballage. Le marquage comporte alors les mentions :

  • COVID 19
  • R8.01 V0
  • le symbole 3 au titre de l’essai projection de liquide

S’ils peuvent protéger les porteurs des grosses gouttelettes émises immédiatement après une toux par une personne à proximité et face à l’écran, ils ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension. Ils n’ont pas l’efficacité des masques de protection respiratoire. Ils ne protègent pas suffisamment l'environnement du porteur contre les gouttelettes émises par ce dernier.

En milieu de soins, les écrans faciaux ne doivent pas être utilisés seuls, mais en complément d'une protection respiratoire. Ces écrans protègent tout le visage et ont l’avantage de pouvoir être retirés en minimisant le risque de toucher le visage.

Nous avons aussi pour les petits fait un parcours "ludique" pour introduire les mesures sanitaires : lavage des mains, examens, etc pour l'adapter aux enfants et que ce soit moins impressionnant.

La question du matériel de jeu se pose aussi avec des petits objets, des tapis pour appliquer les mesures nécessaires.

 

Il est suggéré de contacter les unités pour connaître leur état d'ouverture, sachant que les listes des unités sont diffusées aux hotlines nationales pour qu'ils puissent réadresser sur les unités de secteur si nécessaire

 

Dans les maternités

Les pères ont repris leur place auprès des femmes en suites de couches, mais les conditions du suivi restent complexes, les pères étant exclus des consultations et échographies, des dispositifs par visio se sont développés

Parmi les femmes qui restent touchées, celles qui présentent des pré-éclampsies avec des césariennes restent les plus touchées, une association de parents et professionnels 

association Grossesse et Santé s'est développée autour de cette question pour les soutenir. 

les conditions d'accueil dans les néonatologie restent strictes avec des limitations des visites des parents avec des conséquences sur les bébés hospitalisés

Initiatives issues de la crise Sanitaire

Une grande mobilisation autour de la périnatalité s’est faite surtout à partir des initiatives de terrain et avec une certaine insistance à faire remonter les constats auprès des autorités sanitaires. 

Alliance et Webinaire, 

hotline

mises en place de suivi en pré et post natal pour les familles et nécessité d’être pro-actifs pour les suivre

nombreuses recherche financées en urgence sur le sujet

Comment faire pour que cela puisse se pérenniser après la crise ? 

Discussion autour de la journée du 26 juin, inscrivez-vous…nos collègues belges seront présentés ! 

Journée de Rennes maintenues, ainsi que les journées de l'ARIP