Qui sommes-nous ?

La Cippa, Coordination Internationale entre Psychothérapeutes Psychanalystes et membres associés s’occupant de Personnes Autistes, est une association loi de 1901, fondée à la suite de l’« appel » en 2004 de Geneviève Haag avec Marie-Dominique Amy.

Réunissant autour de l’autisme des psychanalystes de différentes écoles, la Cippa s’est ouverte à l’ensemble des professionnels concernés par l’autisme : médecins, psychologues cliniciens, orthophonistes, psychomotriciens, infirmiers, éducateurs, assistants sociaux, enseignants, qui peuvent depuis 2010 devenir membres associés.

La Cippa a développé des liens forts avec le monde universitaire et de la recherche au travers d’un partenariat avec l’UFR d’études psychanalytiques de l’Université Paris Diderot Paris 7.

Depuis 2015, la Cippa est présidée par Bernard Golse, pédopsychiatre, professeur des universités-praticien hospitalier de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université Paris Descartes. Il est le chef du service de pédopsychiatrie de l'hôpital Necker-Enfants malades et psychanalyste.

La cippa se positionne de la manière suivante

Nous considérons que le modèle le plus plausible quant à l’origine des TED/TSA est un modèle poly-factoriel, incluant des facteurs biologiques, génétiques et environnementaux. Il en résulte la nécessité de proposer des prises en charges pluridimensionnelles dans lesquelles les spécificités de chaque approche sont envisagées en articulation les unes aux autres.

Restant très préoccupée par les clivages et les conflits qui traversent professionnels, parents et institutions, notamment au niveau des approches psychodynamiques et comportementales, la Cippa est convaincue de l’impératif de mieux faire connaître un point de vue psychanalytique qui préconise de conjuguer de manière coordonnée les différentes approches (psychodynamique, développementale, comportementale, neuroscientifique, cognitive, pédagogique…) nous permettant d’ajuster nos interventions thérapeutiques à la spécificité de chaque patient et, de plus, d’enrichir notre compréhension des fonctionnements autistiques dans leur diversité.

La prise en compte des particularités neurologiques, sensorielles et cognitives des personnes autistes ne peut se faire au détriment d’une attention portée aux angoisses corporelles et relationnelles qui les accompagnent. L’atténuation de la souffrance psychique des personnes autistes et l’assouplissement de leurs mécanismes de défense sont incontournables si l’on veut favoriser le déploiement de leurs capacités, de leur créativité et de leur joie de vivre.

En ouvrant les portes des apprentissages et en diminuant les souffrances psychiques, on favorise le respect des personnes autistes qui passe par la reconnaissance de leur personnalité dans sa totalité.

La Cippa s’est donnée pour tâches de favoriser :

  • Le partage et l’échange entre ses membres, des recherches sur leurs pratiques et sur l’évaluation de celles-ci,
  • L’articulation entre les psychanalystes et les autres professionnels impliqués dans les soins aux personnes autistes,
  • Une réflexion autour des meilleures manières d’aider les familles d’enfants autistes à installer entre elles et les professionnels un indispensable partenariat, avec une attention particulière pour la fratrie
  • Les liaisons avec les autres domaines scientifiques concernés par l’autisme.

La cippa développe une activité scientifique variée et innovante :

Pour remplir ses objectifs, la Cippa a développé une activité scientifique autour de plusieurs axes :

  • L’organisation de trois journées scientifiques par an, sur la base notamment des travaux des groupes de recherche.
  • L’organisation d’un congrès tous les deux ans, réunissant des professionnels et des chercheurs.
  • Des groupes de travail et de recherche qui se réunissent régulièrement.

Toutes les journées scientifiques sont ouvertes aux auditeurs non adhérents et certaines sont ouvertes aux parents.

La Cippa a organisé deux congrès « Autisme(s) et Psychanalyse(s) » qui ont chacun donné lieu à la publication chez Érès d’un ouvrage collectif coordonné par M.-D. Amy :

  • Le premier, en 2013, traitait de L’EVOLUTION DES PRATIQUES, RECHERCHES ET ARTICULATIONS
  • Le second, en 2015, nous a réunis autour des SPÉCIFICITÉS DES PRATIQUES PSYCHANALYTIQUES

Un troisième congrès est annoncé pour les 2 et 3 mars 2017 sur le thème CONSTRUCTION ET PARTAGE DU MONDE INTERNE.

Une douzaine de groupes de travail à Paris, en Île de France et en province, fonctionnent sur des thèmes spécifiques, tels que :

  • Les émergences du langage chez la personne autiste,
  • L’articulation entre psychanalyse et neurosciences dans le champ de l’autisme,
  • La collaboration entre psychothérapeutes, psychopédagogues, orthophonistes, psychomotriciens, éducateurs pour la prise en charge des personnes autistes…
  • Le partenariat avec les parents de personnes autistes,
  • Les jonctions entre la psychodynamique et les apprentissages scolaires des personnes autistes.
  • Récits et témoignages de personnes autistes`
  • Parents et professionnels

La cotisation annuelle à l’association donne aux adhérents l'accès gratuit aux journées scientifiques, à un compte-rendu écrit de ces journées scientifiques, ainsi que la possibilité d’intégrer un groupe de travail.

La Cippa est également un organisme de formation.

Des formations sont proposées aux institutions médico-sociales et sanitaires, ainsi qu’aux équipes pédagogiques, (y compris les AVS) qui souhaitent être mieux formés aux difficultés affectives et psycho-cognitives de leurs élèves présentant un TSA.